L’algodystrophie

L’algodystrophie est une maladie rare multi-symptomatique. Elle provoque une douleur intense et continue, localisée au niveau des membres inférieurs ou supérieurs et généralement associée à un œdème.

Cette pathologie peut être causée par un dysfonctionnement de divers systèmes, nerveux, circulatoire ou immunitaire.

Selon les experts en la matière, il existe deux types d’algodystrophie :

  • l’algodystrophie I, connue aussi sous le nom de « syndrome douloureux régional complexe I »
  • l’algodystrophie II, ou « syndrome douloureux régional complexe II »

Lorsque la maladie a été précédée d’un accident du système nerveux, on parle d’algodystrophie II, dans tous les autres cas d’algodystrophie I.

L’algodystrophie est parfois mentionnée dans la littérature comme Maladie de Sudeck.

Avant d’aborder ses causes et ses symptômes, voyons les parties du corps les plus souvent sujettes à cette pathologie.

Rappelons que le syndrome d’algodystrophie touche principalement les membres inférieurs et supérieurs.

Concernant les premiers, les formes les plus courantes comprennent l’algodystrophie du genou et de la hanche, mais dans de nombreux cas la maladie de Sudeck atteint aussi le pied et la cheville.

Lorsqu’elle est localisée au niveau des membres supérieurs, l’algodystrophie concerne principalement la main.

Les causes

Les experts en la matière, comme nous l’avons vu, soutiennent que l’algodystrophie est due à un dysfonctionnement du système nerveux central et périphérique, du système immunitaire et du système circulatoire sanguin, qui comprend toutes les artères et les veines qui acheminent le sang.

Ceci vient du fait que cette maladie agit sur les fonctions contrôlées par ces trois systèmes.

Malgré cela, les causes restent en grande partie inconnues.

Il existe cependant des facteurs de risque qui augmentent les possibilités de contracter la maladie.

Il a été noté que dans plus de 90 % des cas, l’algodystrophie touche des individus qui ont subi des fractures osseuses, coupures, entorses et distractions articulaires, brûlures.

On estimait autrefois que la maladie frappait surtout les femmes enceintes. L’observation d’autres cas cliniques a démenti ce lien, mais il a été confirmé que l’algodystrophie est plus fréquente quand il existe une prise de poids. C’est exactement ce qui se produit pendant la grossesse.

Le diagnostic

Le diagnostic d’algodystrophie est très difficile à dresser, car les symptômes ne sont pas très spécifiques et peuvent ressembler à ceux d’autres pathologies.

Malgré cela, la présence de douleurs dans une région spécifique et délimitée est un signal qui peut orienter le médecin vers le diagnostic d’algodystrophie.

On évalue ensuite d’éventuels autres symptômes et s’il existe des traumatismes antérieurs, qui peuvent aider à poser le diagnostic.

Par exemple, l’un des signes les plus courants est la modification de la peau, qui devient plus pâle, sèche et atrophique.

Les symptômes de l’algodystrophie peuvent être détectés par une radiographie ou, s’ils sont plus délimités à une région unique, par une résonance magnétique ou une scintigraphie triple phase.

La scintigraphie est sûrement l’examen le plus indiqué car il permet de détecter des variations osseuses mineures comparativement à l’examen radiographique.

Il existe toutefois un inconvénient en raison du fait que le tableau scintigraphique varie en fonction des différents stades de la maladie. 

Tous les examens mentionnés peuvent être complétés de prises de sang et d’études de conduction nerveuse, afin d’exclure respectivement l’existence de maladies infectieuses et de lésions au niveau des nerfs.

Aucun test diagnostique spécifique n’est donc prévu, et malgré la possibilité d’utiliser ces instruments, le diagnostic d’algodystrophie est principalement clinique.

Les thérapies

Il n’existe pas de traitement spécifique pour l’algodystrophie, et la thérapie prévoit des soins dont le seul but est d’atténuer les symptômes de la maladie (thérapie symptomatique).

On ne peut donc même pas parler de délai de guérison pour les personnes touchées par l’algodystrophie.

Les principaux types de thérapie sont les suivants:

La thérapie physique prévoit l’exécution de séances de kinésithérapie pour le soin et la rééducation de la main, de la hanche, du genou, du pied et des membres en général.

Ces exercices ont pour but d’améliorer la circulation sanguine, la mobilité des articulations, la force des muscles et leur élasticité.

Concernant le traitement médicamenteux, les médecins peuvent en revanche prescrire des médicaments de divers type:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), pour soulager la douleur en agissant contre l’inflammation.
  • Corticoïdes, des anti-inflammatoires à prendre mais sans exagérer car leurs effets secondaires comprennent l’apparition d’autres pathologies comme l’ostéoporose et le diabète.
  • Anticonvulsifs
  • Antidépresseurs tricycliques
  • Opioïdes (ex. morphine), des analgésiques très puissants. Dans ce cas également, comme pour les corticoïdes, les précautions sont de mise en raison des effets secondaires à type de nausées et vomissements, fatigue, troubles cognitifs et dépression.
  • Anesthésiques locaux, sous forme de crèmes

Enfin, la thérapie psychologique, appelée aussi psychothérapie, est conseillée par les médecins à toutes les personnes ayant développé une dépression, une anxiété ou d’autres troubles psychologiques, à la suite de l’apparition d’une algodystrophie.

Il existe d’autres formes de traitement de l’algodystrophie, moins fréquentes, comme:

  • Le blocage du nerf sympathique, qui consiste à injecter un anesthésique près de la moelle épinière, afin de stopper l’activité d’un ou plusieurs nerfs du système nerveux sympathique. Il n’est pas efficace à long terme, mais peut être utile pour réduire temporairement la douleur.
  • La sympathectomie, qui consiste à l’ablation d’une structure du système nerveux à travers une intervention chirurgicale.
  • La stimulation de la moelle épinière : la moelle est stimulée au moyen de quelques électrodes installées sur la colonne vertébrale.

Si vous avez trouvé cet article utile, pourquoi ne pas le partager avec vos proches, amis ou collègues?