Lombalgies

Les lombalgies sont couramment appelées mal de dos. Elles indiquent des douleurs intéressant les os et les muscles du dos, plus précisément de la région lombaire.

Il existe deux types de mal de dos :

  • La lombalgie aiguë est due à un mouvement brusque, un effort ou une lésion musculaire. Sa durée est de 4 semaines maximum. Cette forme aiguë de mal de dos qui touche la région est aussi connue sous le nom de « tour de rein ».
  • On parle en revanche de lombalgie chronique quand les douleurs du dos durent au moins 3 mois sans interruptions.

Le diagnostic

Le diagnostic de lombalgies peut se révéler très complexe à dresser.

On pourra au départ s’adresser à son médecin traitant et non à un spécialiste. En effet, bien connaître les antécédents médicaux du patient est très important.

Le médecin commence par localiser la douleur et en évaluer les caractéristiques. Il pourra ensuite établir si elle est à imputer à des pathologies liées à d’autres organes ou à des antécédents de diabète, de calculs rénaux ou de souffle au cœur.

Le médecin se charge aussi d’effectuer de petits tests physiques afin d’évaluer ou d’exclure la nécessité d’une intervention chirurgicale.

En cas de suspicion d’infections, inflammations, tumeurs, affections pelviennes ou abdominales et fractures, le médecin prescrit la réalisation d’un examen radiologique aux rayons X. Les éventuelles anomalies mises en évidence ne seront pas forcément la cause des lombalgies. Il est donc toujours fondamental de tenir compte des antécédents médicaux du patient.

Après avoir trouvé la cause du mal de dos, le médecin peut adresser le patient à un spécialiste. Il peut s’agir d’un kinésithérapeute, d’un orthopédiste ou d’un neurologue. Mais aussi d’un chirurgien, si la nécessité d’une intervention doit être appréciée. Il ne faut pas non plus oublier que le mal de dos peut être lié à un problème dentaire (en cas de malocclusion dentaire par exemple).

Les symptômes

Il n’est pas juste de parler de symptômes de la lombalgie, puisque la lombalgie est elle-même un symptôme et non une pathologie.

La plupart des personnes identifient la lombalgie comme un mal de dos au niveau lombaire générique, c’est-à-dire des douleurs dans la partie la plus basse du dos. Il arrive aussi que les personnes souffrant de douleurs dans le dos confondent le mal de dos avec le mal aux reins. Ce dernier se manifeste cependant par des douleurs sur les côtés ou dan la région lombaire, jusqu’au bas-ventre.

En réalité, la lombalgie peut être classée en fonction du type de douleur perçue, qui peut être aiguë ou chronique.

DOULEUR AIGUË

Les douleurs aiguës dans le dos, localisées et non étendues aux jambes, sont presque toujours causées par une entorse ou une déchirure musculaire.

En général, elles se manifestent dans les 24 heures suivant le port de poids ou l’exécution de mouvements du dos incorrects.

DOULEUR CHRONIQUE

Si les douleurs persistent sur plusieurs semaines, on peut parler de lombalgies chroniques.

À la différence de la lombalgie aiguë, les causes de douleurs chroniques peuvent être diverses.

Les plus courantes sont l’obésité, la grossesse et l’adoption d’une posture incorrecte au cours de la journée, surtout sur le lieu de travail. Chez l’adulte, une autre cause très courante est l’existence d’une hernie discale.

La lombalgie chronique peut, parfois être causée par une forme d’arthrite ou par un cancer qui s’est propagé jusqu’à la colonne vertébrale à partir d’autres organes (poumons ou prostate).

Contrairement à la lombalgie aiguë, où la douleur s’atténue avec le repos, les douleurs de type chronique sont perçues comme plus fortes en position assiste ou couchée.

LOCALISATION DE LA DOULEUR

Il est important de distinguer quand le symptôme est localisé dans la région dorsale ou dans la région lombaire.

En effet, les douleurs dorsales intéressent la zone entre la colonne vertébrale et les omoplates, mais non la partie la plus basse du dos.

Elles peuvent être dues à une mauvaise posture, à des lésions des disques vertébraux ou à des pathologies de type pleurésie ou pneumothorax. Dans les cas chroniques, d’autres causes peuvent être la scoliose, l’ostéoporose et l’arthrose de la colonne vertébrale.

Les causes

Les causes du mal de dos peuvent être nombreuses et très différentes les unes des autres. La plupart sont liées à une mauvaise posture à des mouvements brusques qui provoquent étirements, contractures ou entorses musculaires.

Les employés qui restent des heures devant un ordinateurs, ou qui doivent soulever des poids, ainsi que les sportifs sont tous des sujets à risque.

D’autres causes peuvent être associées à une mauvaise forme physique. C’est le cas des personnes en surpoids et de celles qui mènent une vie sédentaire. Le stress et le tabac sont aussi considérés comme des facteurs de risque.

Chez les femmes, un mal de dos en cours de grossesse est plutôt normal. Les principales causes comprennent :

  • La prise de poids, en particulier en fin de grossesse.
  • L’arrivée du cycle menstruel et le syndrome prémenstruel.
  • L’ostéoporose, une pathologie caractérisée par une diminution de la densité osseuse.
  • L’endométriose, c’est-à-dire la croissance de tissu similaire au revêtement de l’utérus au niveau d’autres organes.
  • La présence de kystes ovariens, qui provoquent des douleurs au niveau du dos et des cuisses.
  • Une maladie inflammatoire pelvienne.
  • Un utérus rétroversé.
  • Les fibromes utérins, qui se développent à l’arrière de l’utérus et exercent une pression sur les nerfs vertébraux.
  • Une thrombose de la veine ovarienne.
  • Les néoplasies malignes de l’appareil reproducteur.

Enfin, une autre cause du mal de dos assez fréquente est la sciatalgie, c’est-à-dire l’inflammation du nerf sciatique.

Les thérapies

Les traitements à prendre en considération sont nombreux et dépendent du type de lombalgie. Dans ce cas aussi, la principale différence est la lombalgie aiguë et chronique.

Tous les traitements thérapeutiques ont pour but d’atténuer les symptômes chez le patient ou de prévenir toute interférence avec le processus de guérison. Aucun traitement ne peut accélérer la guérison du patient.

Les traitements contre le mal de dos aigu prévoient la prise d‘anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l’ibuprofène ou l’aspirine) ou l’application d’enveloppements chauds ou froids.

Dans le cas de lombalgie chronique aussi, la prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens est prévue, mais avec quelques précautions. Ces médicaments sont en effet déconseillés aux patients souffrant d’hypertension, d’ulcères à l’estomac et de problèmes rénaux.

En cas de douleurs chroniques, les traitements prévoient aussi la kinésithérapie et des exercices pour le mal de dos.

Il est également conseillé, le cas échéant, d’arrêter de fumer et de perdre du poids.

Ce n’est que dans le cas où la thérapie conservative ne donne aucun résultat que l’intervention chirurgicale pourra être envisagée.

L’utilisation de dispositifs pour magnétothérapie est très utile pour réduire les douleurs et l’inflammation.

L’utilisation des champs magnétiques pulsés est aussi adaptée pour la thérapie de maintien ou préventive à l’apparition des premiers symptômes douloureux.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, au cours de la période de convalescence, il est nécessaire de s’efforcer de reprendre rapidement le travail et les activités domestiques pour retrouver une vie normale. Le repos au lit doit lui aussi être réduit ; le corps doit être habitué et éduqué à une bonne posture pendant la journée.

Prévention et maintien

Les exercices pour le mal de dos ne sont pas utiles uniquement en tant que thérapie, ils aident aussi à prévenir le mal de dos.

Par conséquent, si vous pensez que vos activités quotidiennes, travail ou sport, peuvent avoir des effets négatifs, voici les exercices que vous pouvez effectuer :

  • La position antalgique, qui permet de détendre le muscle ilio-psoas et réduit son fractionnement sur les vertèbres lombaires.
  • La posture du sphinx, pour les personnes qui souffrent de hernie ou de protrusion discale.

De nombreuses personnes que vous connaissez souffrent sûrement du mal de dos. Si cet article vous paraît utile, pourquoi ne pas le partager avec elles?